logo_svg_dojo_nantais_grey4
Dojo Nantais

Le Jiu-jitsu Brésilien cartonne grâce à ses jeunes

Photo entraînement compétiteurs jeunes ados adultes Jiu-Jitsu Brésilien
Une partie des 165 licenciés dans la section jiu-jitsu brésilien du Dojo nantais, lors d’un entraînement. | SÉBASTIEN DIEU DEVIENNE
Photo entraînement compétiteurs jeunes ados adultes Jiu-Jitsu Brésilien
Une partie des 165 licenciés dans la section jiu-jitsu brésilien du Dojo nantais, lors d’un entraînement. | SÉBASTIEN DIEU DEVIENNE

Focus. Le jiu-jitsu brésilien rafle de nombreuses médailles dans les catégories jeunes, au Dojo nantais. Des Daghestanais en sont les fers de lance.

Au Dojo nantais, le jiu-jitsu brésilien, art martial et sport de combat, continue de grandir. Baptiste Landais, professeur depuis 2010, enseigne ce sport au sein du club de la cité des Ducs, auprès de jeunes pratiquants. Parmi eux, des enfants originaires du Daghestan, une république russe fédérée du Caucase, à la frontière de la Géorgie et de l’Azerbaïdjan. « En 2007, j’ai rencontré des gens de la communauté daghestanaise, qui venaient d’arriver à Nantes, se souvient le professeur de jiu-jitsu brésilien. On était le seul club à proposer du jiu-jitsu brésilien, donc on s’est retrouvé naturellement, en créant une section pour les jeunes. C’est comme ça que tout a démarré. » 

Dix médailles lors des championnats de France

Certains jiu-jitsukas s’entraînent sous la houlette de Baptiste Landais depuis leurs 5 ans. Un lien particulier s’est noué entre eux et leur coach. « Il y a une connexion entre eux et moi, je les vois toutes les semaines, souligne l’entraîneur nantais. Ce sont comme mes petits frères. » À la rentrée de septembre, la Confédération française de jiu-jitsu brésilien a rejoint la Fédération française de judo, une nouvelle étape importante dans la progression de ce sport. En parallèle, un projet, monté par le coach nantais, a vu le jour.
« Avec mon sponsor français, Athlètes on the mat, on équipe dix jeunes du club, explique Baptiste Landais. En échange, ils signent un contrat moral avec moi. L’objectif, pour ceux qui sont à l’école, est d’établir une moyenne scolaire, de passer un cap, d’obtenir un diplôme… Pour les jeunes qui ne font pas d’études ou sans emploi, c’est un autre objectif : trouver un travail, faire du bénévolat dans une association… Sinon ils ne sont pas financés. »

Quatre sélections en équipe de France

Parmi eux, des jeunes Daghestanais affichent leur potentiel lors de différentes compétitions. Aux derniers championnats de France ne-waza cadets et juniors, les 19 et 20 février à Amilly, le Dojo nantais a glané dix médailles. Bimourad Soltanmouradov (-66 kg) et Junus Baganov (-73 kg) ont notamment été titrés chez les cadets, tout comme Abdoul Israpilov (-69 kg) chez les juniors.
« On fait partie des meilleurs clubs de France chez les jeunes, souligne l’enseignant de jiu-jitsu brésilien, sport qui explose également grâce à la notoriété de l’UFC. Je dirais que j’ai quatre ou cinq Daghestanais qui ont le potentiel d’aller haut. La génération qui arrive derrière, qui n’a que 10 ans, est vraiment très forte. » Cinq jeunes ont d’ailleurs intégré l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), preuve de la qualité de la formation au Dojo nantais : Abdoul Israpilov, Alan Mottais, Junus Baganov, Loula Younsi et Bimourad Soltanmouradov. Les quatre premiers participeront aux championnats d’Europe en Crête, sous le maillot de l’équipe de France, le 30 mars prochain.
Le club a également remporté la Coupe de France, qui s’est déroulée le 16 janvier, à l’Institut national du judo à Paris.« Leurs parents les amènent partout, en Allemagne, au Luxembourg… Car le club n’a pas les moyens de prendre en charge les frais, précise Baptiste Landais. Ils sont jeunes, mais s’entraînent tous les jours, le matin et le soir. » Le jiu-jitsu brésilien est en pleine émergence, en France comme au Daghestan, où la lutte est le sport national. « Les papas, qui y sont allés cet été, m’expliquaient qu’il y a plein de clubs qui se créent » , souffle l’entraîneur. À Nantes, la jeunesse est formée à la bonne école et prépare l’avenir avec sérénité.

Pierre HAMON. Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories d'âges représentées dans cette compétition :

Année de naissance Catégorie d'Âge Ceinture
2006 à 2007 Juvénile Blanche, Bleue, Violette
1994 à 2005 Adulte Blanche, Bleue, Violette, Marron, Noire
1983 à 1993 Master 1/2 Blanche, Bleue, Violette, Marron, Noire
1973 à 1982 Master 3/4 Blanche, Bleue, Violette, Marron, Noire
1943 à 1972 Master 5+ Blanche, Bleue, Violette, Marron, Noire

Les mesures de poids officielles de cet événement sont en kilogrammes. Le poids indiqué sur le tableau suivant prend en compte l’uniforme complet.
La pesée officielle aura lieu juste avant le premier combat. Une seule tentative de pesée est autorisée : tout écart de poids entraînera la disqualification de l’athlète sans possibilité de remboursement.

GI

Catégories de Poids Juvenil Homme Adulte & Masters Homme Juvenil Femme Adulte & Masters Femme
Galo 53,50 57,50 44,30 48,50
Pluma 58,50 64,00 48,30 53,50
Pena 64,00 70,00 52,50 58,50
Leve 69,00 76,00 56,50 64,00
Medio 74,00 82,30 60,50 69,00
Meio Pesado 79,30 88,30 65,00 74,00
Pesado 84,30 94,30 69,00 79,30
Super Pesado 89,30 100,50 Pas de limite Pas de limite
Pesadissimo Pas de limite Pas de limite Pas de limite Pas de limite